Icône don Donner

L’histoire de Richard

Naviguer sur les vagues de la vie

Nous sommes en août 1968 et toute la famille de Richard part en voiture pour rendre visite à de la famille à Montréal.

Il faut environ une heure et demie pour se rendre de Trois-Rivières à Montréal, mais le temps devrait filer, car Richard, alors âgé de 20 mois, a ses deux sœurs, Denise, 2 ans, et Francine, 4 ans, pour lui tenir compagnie. Sortie de nulle part, une voiture fait une embardée dans leur voie, de beaucoup trop près.

Le choc a été terrible. En une fraction de seconde, Richard a été éjecté du véhicule, quelques instants seulement après que sa mère ne l’ait pris sur ses genoux parce qu’il pleurait. Il a atterri dans un fossé boueux, ce qui l’a probablement sauvé malgré le renversement de la voiture familiale et son atterrissage sur la moitié de son corps minuscule. L’autre voiture ne s’est jamais arrêtée. C’était un délit de fuite et à l’époque, il n’y avait pas de satellite, de GPS ou de téléphone portable pour appeler à l’aide. Le père de Richard perdait du sang à la suite d’une blessure à l’abdomen causée par le volant. Sa mère semi-consciente était coincée sous la voiture avec une jambe écrasée. Une femme âgée s’est arrêtée sur les lieux de l’accident et, à la demande du père, a emmené les deux sœurs à l’hôpital.

Miraculeusement, toutes deux s’en sont sorties sans une égratignure; cependant, Francine, sous le choc, a été incapable de marcher pendant trois semaines. Un jeune homme s’est également arrêté sur les lieux et a aidé le père à sortir de la voiture. Ensemble, ils ont réussi à soulever le véhicule pour libérer le bébé qui était vivant, mais qui ne bougeait pas. Malgré les supplications du père, le jeune homme a refusé d’emmener le bébé à l’hôpital de peur de le voir mourir en chemin. Heureusement, une ambulance est arrivée et a pris en charge le bambin. Le bébé et le père ont été transportés à l’hôpital tandis qu’une deuxième équipe d’ambulanciers travaillait pour libérer la mère de l’épave de la voiture. Son bassin brisé a rendu très difficile la libération de sa jambe et après plusieurs tentatives, la conversation a bifurqué vers une amputation. Malgré son état, la mère a entendu le plan et, naturellement, a insisté pour s’en sortir sans amputation. Au bout d’une heure et demie, elle était libre.

La vie aux Hôpitaux Shriners pour enfants du Canada

La famille a été envoyée dans différents hôpitaux. Richard s’est rendu à l’urgence de l’Hôpital Sainte-Marie de Trois-Rivières, mais une fois son état stable, il a été rapidement transféré au CHU Sainte-Justine de Montréal. Il a également passé du temps à l’Hôpital de Montréal pour enfants, à l’Institut de réadaptation de Montréal et a finalement trouvé sa place aux Hôpitaux Shriners pour enfants Canada. Malheureusement, ses vertèbres thoraciques avaient été écrasées et sa colonne vertébrale était irréparable, le laissant paraplégique.

J’ai grandi aux Shriners. Je suis un enfant des Shriners. Je ne me souviens pas des noms de tous mes médecins parce qu’il y en a eu tellement. Mais c’est dans cet hôpital que j’ai appris à me déplacer en fauteuil roulant et à marcher avec des prothèses.
Richard, Canada

Cependant, Richard se souvient de M. Jones. Il apportait une certaine joie de vivre dans tout ce qu’il faisait. « Il nous a fait faire toutes sortes d’activités amusantes, y compris du théâtre, ce que j’ai adoré! Nous faisions le décor et nous étions les acteurs. Nous avons présenté nos pièces aux patients, à leurs familles et au personnel. Un Noël, une station de radio est venue nous enregistrer pour diffuser la pièce. Nous faisions La mélodie du bonheur, Le petit garçon au tambour, Le plus petit ange et Le Pacifique Sud.

À l’époque, l’hôpital était situé sur le Mont-Royal. J’y ai vécu jusqu’à mes 18 ans. J’ai tellement de souvenirs. M. Jones et moi avions développé une très belle amitié. Il y avait un dortoir pour les garçons et un autre pour les filles, chacun avec environ 30 lits. C’était super! Il n’y a rien de tel que d’avoir tous ses amis autour de soi quand on est enfant. Il n’y avait qu’une seule télévision pour toute l’unité. J’avais 9 ans et je venais de me faire opérer au dos. L’infirmière a changé de chaîne pour regarder une émission de cuisine, mais c’était notre heure habituelle pour les dessins animés du samedi. J’étais en colère alors j’ai dit quelque chose de méchant. Cette infirmière était généralement très gentille, mais cette fois, elle m’a mis dans le coin en guise de punition. Ma demande était justifiée, mais c’est ma façon de le dire qui m’a causé des ennuis. En plus de mes parents, ce sont les infirmières qui m’ont élevé. Elles m’ont appris à être positif et respectueux. »

Devenir adulte

Adolescent et jeune adulte, Richard jouait de la batterie, des percussions et de la guitare. C’était aussi un athlète qui aimait le basket-ball, le tennis, la natation et la voile. Il était un marin d’élite et a remporté de nombreuses courses, dont la Mobility Cup en 2008.

« L’accident a laissé ma mère avec des problèmes pelviens et, en vieillissant, sa jambe droite lui a donné beaucoup de mal, ce qui l’empêchait de marcher. Mon père est retourné travailler comme mécanicien pour l’Aviation royale canadienne. Il venait d’une famille de 10 enfants et six de ses frères travaillaient pour l’Aviation royale canadienne. Disons qu’il y avait beaucoup d’uniformes sur nos photos de famille. Je suis devenu fonctionnaire au gouvernement fédéral. J’ai fait mon chemin malgré les circonstances! », a déclaré Richard, de son domicile à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Richard a également fait face à d’autres défis à l’âge adulte, mais il a conservé un esprit ouvert et un esprit généreux. Malheureusement, il y a quelques mois, la mère de Richard est décédée. Dans son testament, elle a souligné l’importance de l’hôpital en faisant un don. Richard dit qu’il sera toujours très reconnaissant envers les Hôpitaux Shriners pour enfants, et nous sommes fiers et reconnaissants des personnes merveilleuses comme lui.

Les chemins de Richard

Se reconstruire par la réhabilitation.

Richard avec des béquilles et ses deux sœurs.

Richard avec un coéquipier et son trophée.

Richard avec ses sœurs avant l’accident.

Notre donatrice, la mère de Richard.

La famille de Richard.

Richard devant son bateau avec son trophée.

Le bateau gagnant!

Prochaines étapes

Partagez votre histoire

Nos patients et leurs familles sont au cœur de tout ce que nous faisons dans les Hôpitaux Shriners pour enfants. Nous vous invitons à nous faire part de la manière dont l’équipe des Hôpitaux Shriners a aidé votre enfant.

Faites un don aux Hôpitaux Shriners pour enfants

Grâce à la générosité de donateurs comme vous, nous avons aidé plus d’un million d’enfants à mener une vie plus épanouissante, indépendamment de la capacité de paiement de leur famille.

Nous joindre

Vous avez une question ou une demande? Vous devez prendre rendez-vous? Nous sommes là pour vous.