Icône don Donner

Nous joindre

Ici, les familles ne sont jamais seules dans le parcours de santé de leurs enfants.

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre de ressources utiles, notamment une liste de numéros fréquemment utilisés ainsi que des contacts pour l’orientation des patients, le partage de vos commentaires, les dons, le bénévolat et bien plus encore. Nous nous réjouissons de votre appel ou de votre courriel.

Si votre enfant se trouve dans une situation d’urgence, veuillez appeler le 911.

Où nous trouver

Shriners Children’s Twin Cities
215 Radio Drive, Suite 100
Woodbury, MN 55125

(612) 596-6100
(612) 226-6102 (télécopieur)
Courriel : infotc@shrinenet.org

Prendre rendez-vous

Les familles et les soignants qui cherchent un traitement doivent commencer par nous contacter par téléphone, par télécopieur ou par courriel, ou en remplissant notre formulaire Prendre rendez-vous.

Communiquez avec l’Hôpital Shriners pour enfants de Twin Cities :

(612) 596-6105
(612) 226-6102 (télécopieur)
Courriel : intaketc@shrinenet.org

Ligne gratuite de références de patients :
(888) 293-2832

Référer un patient

Les médecins et les professionnels de la santé peuvent nous contacter pour poser des questions sur nos services par téléphone, par courriel ou par télécopie, ou en remplissant notre formulaire Références de patients.

Références de patients pour l’Hôpital Shriners pour enfants de Twin Cities :

(612) 596-6105
(612) 226-6102 (télécopieur)
Courriel : intaketc@shrinenet.org

Ligne gratuite de références de patients :
(888) 293-2832

Numéros fréquemment utilisés par les patients

Infirmière de triage en clinique ambulatoire : (612) 269-7021

Gestion des soins : (612) 596-6246. Plus d’informations sur notre approche de traitement.

Informations sur la santé/les dossiers médicaux : (916) 453-2164

SOPP (orthèses et prothèses) : (612) 596-6141

Services de réadaptation : (612) 596-6216

Faites part de vos compliments, préoccupations et suggestions

Nous aimerions connaître le résultat de votre visite et vos commentaires sont les bienvenus.

Shriners Children’s Twin Cities
215 Radio Drive, Suite 100
Woodbury, MN 55125

(612) 596-6100
(612) 226-6102 (télécopieur)
Courriel : TWI-PatientRelations@shrinenet.org

Vous pouvez également faire part de vos préoccupations lors de la visite de votre enfant en vous adressant au responsable du département ou du service concerné. Plus d’informations.

Demandes médias et relations publiques

Médias et relations publiques : (612) 214-8589
Courriel : infotc@shrinenet.org

Dons

Dons, monétaires et matériels : (612) 596-6201
Courriel : TWIDonations@shrinenet.org

D’autres questions?

Visitez la page d’accueil de l’Hôpital Shriners pour enfants de Twin Cities

What is Your Story - Parent Perspective

Hear about several of our patient's parents and why they choose Shriners Healthcare for Children to care for their children! This video debuted at our 2019 Imagine Believe Achieve Gala.
Voir la transcription

Nicole : Alexis a reçu un diagnostic de scoliose à l’âge de 10 ans et son premier appareil orthopédique vers l’âge de 10 ans et demi.

Angie : Jadon est né en 2014 en Chine. Il est né avec une maladie appelée arthrogrypose et des pieds bots.

Kevin : J’ai trouvé les Hôpitaux Shriners en ligne après la naissance de Braylon. Nous sommes venus pour une première visite avant qu’elle n’ait six mois.

Sara : Quand Austin avait environ six ans, il a commencé à jouer au T-ball pour la deuxième saison. Nous avons remarqué qu’il boitait un peu et nous avons eu la confirmation qu’il était atteint de la maladie de Perthes.

Chris : Nous avons eu une surprise avec Jordan. Comme la plupart des gens, nous n’avions jamais entendu parler de sa maladie avant sa naissance. Et nous avons été jetés dans un monde d’inconnus.

Lisa : Elle est née prématurée avec le syndrome de la bande amniotique.

Cheryl : C’est une ouverture dans sa colonne vertébrale qui s’est produite bien avant que je sache que j’étais enceinte.

Justin : À l’échographie de 20 semaines, ils ont découvert qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Ils ne savaient pas exactement quoi.

Mandii : Nous venions d’entendre parler de la nouvelle application sur la scoliose qui avait été lancée par les Hôpitaux Shriners. Nous sommes donc retournés à la chambre d’hôtel cette nuit-là et nous avons fait le scan sur son dos. Le résultat était hors de portée. C’est alors que nous avons appelé les Hôpitaux Shriners.

Nicole : L’appareillage n’est pas la fin de tout, il y aura toujours des appareillages, en continu. Si les Shriners n’avaient pas été là pour nous aider avec certains d’entre eux, je ne sais honnêtement pas où nous serions.

Angie : Lorsque nous avons pensé pour la première fois à adopter Jadon, nous avons parlé de son état de santé avec l’un des médecins en chef. C’est vraiment incroyable qu’il ait pris le temps pour nous. Nous savions tout de suite que lorsque nous allions ramener Jadon à la maison, ce serait l’endroit où il pourrait recevoir ses soins.

Sara : Ils nous rassurent en nous expliquant tout. Et lors de ce premier rendez-vous, nous avions déjà une chirurgie de programmée.

Chris : On nous a dit des choses comme :  « Donnez-lui un nom, elle ne passera pas la nuit » à « Elle ne parlera jamais » à « Elle ne va jamais… » À les entendre parler, elle n’allait jamais rien faire. Et lors de l’une des toutes premières consultations, le médecin nous a dit qu’elle allait se lever et marcher et courir et bouger. À partir de ce moment, les conversations sont devenues à propos de ce qu’elle allait faire.

Mandii : En faisant appel aux Hôpitaux Shriners, nous avons tout ce dont nous avons besoin en une seule étape. Vous avez l’impression que vous êtes leur seul patient et c’est fantastique.

Cheryl : C’est incroyable. C’est ce que vous voulez pour vos enfants. Nous transportons nos propres peurs dans ces diagnostics médicaux. Quand vous pensez que votre enfant pourrait avoir des limitations ou ne pas être capable de faire ce que les autres peuvent faire, c’est triste et terrifiant. Mais on apprend au fil du temps que ce n’est pas forcément vrai. Et il y a des gens comme les Shriners qui font en sorte que ce n’est pas vrai. C’est incroyable.

Lisa : Il y a tellement de choses qu’ils ont faites que je ne sais même comment les remercier. Parce qu’ils sont incroyables.

Justin : Ma première fois ici, le docteur est entré et a dit :  « Oh, vous devez être Justin. » Il avait pris le temps de parcourir le dossier, et nous étions bien plus qu’un simple dossier.

Nicole : Nous n’obtiendrions jamais le même niveau de service que là où nous sommes.

Chris : Pour moi, en tant que père, l’émotion qui accompagne le fait de voir les rêves se concrétiser est incroyable.

Justin : Nous avons passé des mois à essayer de la faire marcher. Puis, après l’opération, nous étions assis à la maison un soir et elle s’est levée et elle est partie. Elle a juste commencé à marcher dans la cuisine. Après tout ce temps et tout ce travail, ce fut un moment incroyable de la voir faire ses premiers pas.

Sara : Ma fille, en fait, se demande quand elle va avoir Perthes pour pouvoir venir aussi aux Hôpitaux Shriners. La bonne chose, c’est qu’elle peut les visiter n’importe quand, car c’est une deuxième maison. On va juste laisser tomber la maladie des os pour elle.

Kevin : Nous avons découvert qu’il y avait tellement d’espoir pour elle, ce qui signifie beaucoup pour moi en tant que père, car les Shriners sont tout pour moi.

Angie : Jadon a reçu son vélo des Shriners, et maintenant qu’il fait chaud dehors et qu’il peut le sortir tous les jours, il est tellement excité. J’ai presque commencé à pleurer parce que je n’aurais jamais pensé que mon fils serait capable de faire du vélo.

Chris : Pour nous, le vélo est l’une des expériences les plus incroyables. La toute première fois où elle a réussi, je pense qu’ils ont parcouru environ neuf kilomètres. Ils voulaient essayer une nouvelle route, un nouveau chemin.

Sara : Je ne peux même pas imaginer un monde sans les Hôpitaux Shriners. C’est une vraie communauté qui a non seulement pris soin de mon enfant, mais aussi de nous tous.

Justin : Ils se sont également occupés de nous. Ils ne faisaient pas que soigner Gracie, ils nous aidaient.

Chris : Ce ne sont pas seulement des médecins ou des professionnels de la santé. C’est de la famille.

Lisa : Vous vous sentez comme une famille. Vraiment. Ils sont toujours si préoccupés par ce qu’elle ressent parce qu’elle est née prématurée. La voir courir et faire ce que font les autres enfants. Il n’y a pas de mots. Il n’y en a pas vraiment.


Nous sommes toujours là pour nos patients, sans égard à la capacité de paiement ou le statut d’assurance de la famille.